Pas d’excuses lorsque qu’une verité est dite

La banderole n’est pas esthétiquement terrible mais elle veut dire ce qu’elle veut dire, et c’est l’essentiel. En amalgamant Trump et Salmane dans une tête à la Janus, les supporters de l’AS M’lila ont résumé ce sentiment de hogra que subissent les Palestiniens par la mesure unilatérale du Président américain de cautionner le hold-up sur Jérusalem décrétée capitale d’Israël, et du silence sidéral de l’Arabie Saoudite.
Il paraît que Riyad s’est mis en colère pour un calicot déployé dans un stade d’une petite ville d’Algérie. Et du coup, notre Premier ministre, connu pour son intransigeance, qui ne s’est jamais excusé en public de rien, présente ses excuses à l’Arabie Saoudite. Jusque-là, rien ne me dérange. Qu’il présente ses excuses au nom du gouvernement algérien ne me dérange pas non plus, c’est même dans son rôle. Mais au nom du peuple algérien ? Si ce dernier accepte, pourquoi pas. Mais dans ce cas, je tiens à me démarquer, le peuple algérien moins un (au moins). Je ne vois vraiment pas de quoi le peuple algérien doit s’excuser.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s