les extrémistes profitent de la trêve humanitaire pour avancer dans la Ghouta

Moscou: les extrémistes profitent de la trêve humanitaire pour avancer dans la Ghouta

© Sputnik. Mikhaïl Alaeddine
INTERNATIONAL

Les formations armées illicites installées à l’est de Damas ont violé à deux reprises ce mardi la trêve humanitaire. Ainsi, le couloir humanitaire a été pilonné aux obus de mortier depuis Harasta et Douma, deux villes de la Ghouta orientale. En outre, ils en profitent pour avancer, d’après la défense russe.

Profitant de la trêve humanitaire instaurée pour évacuer les civils de la Ghouta orientale, les extrémistes sévissant dans cette banlieue est de Damas sont passés à l’offensive, a déclaré ce mardi Youri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.Et d’expliquer que ce mardi, entre 11h45 et 12h25, soit pendant les heures de l’observation de la trêve, des extrémistes avaient pilonné à deux reprises le couloir humanitaire. Lancés depuis une zone située entre les villes de Douma et de Harasta, dans la Douma orientale, les obus de mortier ont explosé à 500 mètres d’un point de contrôle.

«En outre, pendant la pause humanitaire, les formations armées ont continué à attaquer les positions des troupes gouvernementales près des localités de Hazarma et de Nachabia. Après 13h00, elles sont passées à l’offensive. Ces actions s’accompagnaient de tirs nourris d’artillerie», a expliqué le général.

La Russie exhorte les formations armées de la Ghouta orientale à respecter le régime de cessez-le-feu et de ne pas empêcher l’évacuation des civils, a en outre précisé M.Evtouchenko.

À la demande du Président Vladimir Poutine, une trêve humanitaire quotidienne est imposée à partir du 27 février dans la Ghouta orientale entre 9h00 et 14h00. Un corridor humanitaire a par ailleurs été ouvert afin de permettre aux civils de quitter la zone.Les autorités syriennes, soutenues par le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, ont mis en place dans la localité d’al-Vafidine les conditions nécessaires pour accueillir les civils qui empruntent l’unique couloir humanitaire reliant Damas à la Ghouta orientale.

La police militaire russe, appuyée par l’armée syrienne, est chargée d’assurer la sécurité à la sortie du couloir. Un poste médical mobile ainsi que des cars destinés à transporter les civils dans des camps provisoires ont été positionnés dans la localité d’Al-Duvair, également proche du couloir.Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté le 24 février à l’unanimité une résolution instaurant un cessez-le-feu humanitaire d’un mois en Syrie.

Cette mesure, souligne le document, créera les conditions pour «une livraison immédiate de l’aide humanitaire» à la population ainsi que «pour l’évacuation des personnes gravement malades et blessées».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s