Algérie – C’est un business qui rapporte vu le nombre important d’Algériens qui courent de plus en plus derrière la nationalité française.

Maître I. Nadir, un avocat inscrit au Barreau d’Alger depuis 2001, activant également en France, propose depuis plusieurs années des consultations pour les Algériens voulant obtenir la nationalité française.

Très discret, cet avocat avait d’abord ouvert en 2013 une page Facebook, Avocat nationalité français-Algérie, qui était limitée à un service de conseils offert gratuitement aux internautes. Quelques mois plus tard, Maître I. Nadir découvrit que cette activait pourrait lui rapporter des sous.

C’est ainsi qu’il se lança dans des consultations sur rendez-vous. Contacté par nos soins, cet avocat, dont le bureau est situé dans le quartier huppé de Saïd Hamdine (Alger), explique que le coût de sa consultation est de 20 000 DA à verser dès la première rencontre. Si les deux parties optaient pour la poursuite du traitement, une convention d’honoraires peut ainsi être envisagée.

 

Le business de cet avocat s’est amplifié en fin 2017, après l’hyper-médiatisation d’une note du ministre français de l’Intérieur relative à l’acquisition de la nationalité française. Cette note a drainé tellement d’Algériens qu’une société française, Securidoc, avait brièvement ouvert un Bureau (Bureau d’aide à la nationalité française/BANF), pratiquant d’ailleurs les mêmes tarifs que Maître I. Nadir.

Nationalité française pour les Algériens: L’arnaque d’une société française dévoilée

Algérie – Un “Bureau d’Aide à la Nationalité Française” (BANF) avait été ouvert fin janvier par la société française, Securidoc. Une initiative lancée, par cette société, pour noyer son chagrin après la perte du marché, très juteux, des visas français en Algérie, pour laquelle elle s’était portée candidate devant VFS Global, BLS et l’ancien prestataire TLS Contact.

Comme révélé par ALG24, ce bureau proposait d’accompagner les Algériens voulant obtenir la nationalité française dans leurs démarches en leur procurant un “décret de naturalisation”. Les frais de cette prestation étaient fixés à partir de 20 000 DA. Cependant, après la polémique suscitée par la médiatisation de cette affaire, Securidoc tente de se laver les mains.

En effet, dans une nouvelle publication sur sa page Facebook, le BANF affirme maintenant être un “bureau de consultation électronique”, qu’on ne pourrait contacter que via la messagerie. Il se décrit ainsi comme étant “une communauté d’aide à la nationalité Française animée par des juristes et non pas un service émanant de l’état Français”, accusant des “agitateurs médiatiques”.

 

Dans sa première annonce, ce Bureau priait ainsi ses clients à “prendre rendez-vous avec le BANF pour venir déposer votre dossier de demande”. Il demandait, à cet effet, un dossier complet composé de: “pièce d’identité ou passeport en cours de validité, acte de naissance, 1 photo format passeport, toute pièce justifiant vos prétentions (carte ancien combattant, ancienne carte nationale d’identité française ou ancien passeport Français …)” ainsi que “20 000 dinars algériens”.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s